J'ai vu changer la terre - France 5 - et les cochons...

Publié le par Raflé-Corbel Claire

J'AI VU CHANGER LA TERRE
Documentaire super interessant chaque samedi 15h Sur France 5
et disponible sur le site internet de France 5, 8 jours avant et après...

Nous sommes tombés par hasard sur le premier de la série de 10 documentaires:
Si quelqu'un peut l'enregistrer, dernière diffusion lundi soir 9 Fevrier à 00.40 sur France 5 ?
Ce serait super ! NB: nous n'avons pas la TNT.
des regards simples et des solutions pragmatiques
(méthanisation, cochons et reforestation...)


VIETNAM, LA COLERE DE LA MOUSSON -
EPISODE 1 Auteur : Antoine Lassaigne et Nadège Demanée Durée : 52 minutes Réalisateur : Antoine Lassaigne Sam. 17 janvier 2009 à 15:00, Mar. 03 février 2009 à 16:30 Lun. 09 février 2009 à 00:40

Synopsis Le changement climatique n'est plus une abstraction. Les effets du réchauffement de la Terre sont aujourd'hui bel et bien perceptibles. Depuis ces dernières années, ils affectent profondément la vie quotidienne de nombreux habitants de la planète. Agriculteurs, éleveurs, pêcheurs, sylviculteurs, chasseurs, paysans... Celles et ceux qui sont en première ligne, au contact quotidien avec la nature et en tirent leurs moyens de subsistance, sont particulièrement touchés. Ce sont des sentinelles, ce sont nos témoins. Ils ont " vu changer la Terre " et le disent. Ils sont notre miroir, et chacun peut se reconnaître en chacun d'eux. Loin des débats d'experts, chacun de ces protagonistes a refusé d'endosser le rôle de victime. Au contraire, tous ont choisi de résister. Tous prennent des initiatives et imaginent parfois des solutions inattendues. Lien Tran Thi Kim est agronome-sylvicultrice au Vietnam. Très concernée par l’accroissement des catastrophes naturelles, elle s’est investie dans une mission de reforestation pour en limiter les effets. À Quang Binh, province du centre du pays, les typhons et les inondations sont chaque année plus fréquents, plus violents et provoquent des dommages et des pertes considérables. Les populations pauvres, dont les moyens de subsistance dépendent de l’agriculture, de la pêche et de l’aquaculture, sont frappées de plein fouet par la violence de la mousson et par la sécheresse de l’été. Champs inondés, maisons dévastées, manque d’eau potable, maladies… Autant d’épreuves que doivent affronter les Vietnamiens chaque année. Facteur aggravant : le pays, à l’origine riche d’une biodiversité exemplaire, a peu à peu entamé son couvert végétal pour permettre à une population grandissante de survivre. Pour produire davantage et entrer sur la scène économique internationale, il s’est ainsi privé d’un de ses principaux moyens de protection contre les ravages dus aux fortes pluies. Les forêts ont été sacrifiées. Alors ici, le constat est sans appel : chaque année, il pleut de plus en plus et paradoxalement les périodes des sécheresses sont aussi plus nombreuses et plus fortes. Lien Tran Thi Kim a décidé de s’engager dans la lutte contre le réchauffement climatique. Peut-être garde-t-elle une nostalgie des tigres et des forêts de son enfance, mais il n’y pas de place pour la mélancolie ou l’abattement dans la vie de cette jeune femme agronome et sylvicultrice, mère d’une fillette de 5 ans. Elle travaille avec une ONG pour une bataille digne de David contre Goliath mais chaque arbre planté enracine un fragment d’espoir. Tout en sourire et en énergie, elle tente chaque jour d’apporter sa pierre à l’édifice, protégeant la forêt, œuvrant à la reforestation et prônant un usage durable des terres et des solutions alternatives comme l’usage de la biomasse pour ne plus utiliser de bois comme combustible. Face aux difficultés, elle s’interroge sur l’avenir des générations futures. Ces dernières décennies, les Vietnamiens ont subi deux guerres et affronté nombre de catastrophes. Ils ont pourtant gardé leur volonté de prendre des initiatives, de trouver des solutions face à l’adversité. Déterminés à garder leur faculté d’adaptation et leur sourire…

Commenter cet article